• Journées Européennes du Patrimoine.

    JPEG - 428.9 ko
    journées du patrimoines
    • En ouvrant au public la Chapelle de la Charité les samedi 17 et dimanche 18 septembre, le CH Langres participera pour la deuxième fois aux Journées Européennes du Patrimoine.
    • Rappelons que l’an passé, ce sont plus de 300 personnes qui ont pu profiter d’un des plus beaux bâtiments de la ville. Six professionnels de l’établissement s’étaient relayés pour tenir les permanences d’ouverture au public et le service du Patrimoine de la Ville de Langres avait apporté son concours en dispensant à nos six « Guides d’un jour » les connaissances architecturales et historiques indispensables (vous trouverez ci dessous l’essentiel des commentaires apportés lors des visites) Des plans originaux des bâtiments étaient mis à disposition du public, ainsi que le tout nouveau livret d’accueil du Centre Hospitalier, ce qui permettait de constater les évolutions au fil des siècles. Cette ouverture exceptionnelle et très appréciée, fût également l’occasion pour beaucoup de visiteurs langrois d’évoquer quelques souvenirs…

    chapelle En 1638, 2 ans après la grande épidémie de peste, Monseigneur Sébastien ZAMET, Evêque de Langres fonde la Confrérie de la Charité pour s’occuper des malades. Il installe l’hôpital de la Charité à l’emplacement du vieux collège de la ville alors abandonné.
    L’incendie de 1770 ravagea complètement les bâtiments ce qui permit de reconstruire un édifice fonctionnel, ouvert et enveloppant alors que les constructions de Langres étaient alors plutôt rectilignes et cachées par de grands murs et portes pleines. C’est l’architecte Nicolas Durand de la Généralité de Champagne qui dessina les plans. La Chapelle, centre du bâtiment de chaque côté de laquelle se trouvaient les espaces dédiés aux soins. A gauche de la chapelle, au nord la parie réservée à la chirurgie et au sud la partie médicale.
    Le premier étage (salle basse) était réservé aux hommes et le deuxième étage (salle haute) aux femmes.
    La chapelle est centrale car l’hôpital avait non seulement une mission de soins pour les corps mais aussi pour les âmes. Les malades devaient pouvoir entendre les différents offices religieux depuis leurs lits.

    La grille : magnifique ouvrage de 1775 rare à Langres car elle permettait la co-visibilité de l’intérieur de la cour vers la rue et inversement.
    A son sommet, les armes de l’Evêque avec la couronne ducale car il était aussi Duc. Ceci montre bien l’importance du territoire frontalier de Langres.
    Au sommet de chaque pilier de la grille, on distingue 2 sculptures d’angelots que l’on doit à Antoine Besançon, sculpteur langrois. L’un représente, la Médecine : c’est un enfant tenant le bras et prenant le pouls de son camarade et l’autre la Chirurgie par une intervention de la cataracte.
    Les 2 inscriptions de recommandations sur les piliers datent du XIXème siècle.

    Le fronton de la Chapelle  : bas relief surmontant le péristyle de la chapelle représentant une jeune femme, allégorie de la charité. On distingue : la jeune femme, un enfant à son sein gauche, un enfant qui mange un fruit à sa droite et un 3ème coucher sur ses genoux. De plus on remarque une corne remplis de fruits, corne d’abondance.

    Le vestibule : Les non baptisés ne pouvaient accéder plus loin. Le style est assez sévère car il fallait garder les décorations pour l’intérieur de la Chapelle à la gloire de Dieu. A droite de la porte d’accès à la Chapelle, on trouve une peinture et une statue représentant Saint Vincent de Paul.

    La Chapelle : de forme ronde, ce qui est rare mais qui est logique avec la structure du bâtiment. Elle est construite sur une élévation en 2 parties par un ordre colossale (colonne et pillasse) qui porte la structure de la coupole. La coupole est probablement en « tuffe » pour être plus légère alors que les colonnes et piliers sont en pierre de Langres.
    On distingue les tribunes qui permettaient aux femmes dans la salle haute d’accéder aux offices. Cette pratique existait encore dans les années 1975-1980.